Karim Abdelghafar Médecin dentiste

Interview

« Chaque patient est unique. »

Dr Karim Abdelghafar, médecin-dentiste chez Smile and Care

 

Le Dr Karim Abdelghafar est passionné par sa discipline, la médecine dentaire. Docteur en médecine dentaire auprès de l’Université de Genève, ce médecin partage ses réflexions sur son métier. Interview.

 

Pourquoi avez-vous opté pour la médecine dentaire ?

La médecine dentaire mêle la science, l’humain et les compétences manuelles. Chaque patient représente pour moi un nouveau défi, et chaque jour, je ressens de la gratitude et de la joie de pratiquer ce métier. Ce choix, je l’ai d’ailleurs fait deux fois dans ma carrière (sourire). La première fois, c’était dans le cadre de mes études de médecine dentaire à l’Université du Caire. J’y ai d’ailleurs effectué un master en pathologie orale, une spécialité qui touche les tumeurs buccales.

Puis, pour des raisons familiales, j’ai déménagé à Genève en 2015. A Genève, j’aurais pu choisir un autre secteur professionnel, mais j’ai choisi de refaire toute la formation dentaire, à l’Ecole de médecine dentaire de Genève. J’ai obtenu mon diplôme fédéral en 2019. En plus de mon activité de médecin-dentiste chez Smile and Care, je suis enseignant à l’Université de Genève où j’effectue un doctorat en traitements dentaires conservateurs. Ces soins consistent à éliminer les tissus cariés, en éliminant le moins possible de matière dentaire saine.

Quel type de soins pratiquez-vous ?

Je suis un dentiste omnipraticien. Je dispense des soins dentaires généraux, qui vont des traitements de caries, aux soins plus esthétiques nécessitant la pose de prothèses fixes ou amovibles, en passant par la pédodontie (soins aux enfants), ou l’endodontie (traitement de racines). Les traitements esthétiques concernent la majorité des traitements. Par exemple, remplacer un ancien plombage par un composite en résine permet d’améliorer la santé bucco-dentaire d’un patient tout en proposant un résultat plus esthétique.

Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires pour bien faire ce métier ?

La médecine dentaire suisse suit des lignes directrices de qualité et les protocoles sont rigoureusement suivis. Il faut être méticuleux et avoir beaucoup de patience, car chaque patient est unique. Cela nécessite une analyse afin de bien saisir la problématique et amener la solution adéquate. Evidemment, les connaissances scientifiques sont indispensables car le patient doit ressentir que le plan de traitement que nous lui proposons est le plus fiable et le plus adapté à sa situation.

La pédagogie et l’empathie sont aussi nécessaires afin de vulgariser les explications qui sont adressées aux patients. Mon travail consiste à amener mes patients à prendre conscience que rendre le sourire n’est pas qu’un slogan !

Votre travail est-il différent durant les soins d’urgences dentaires ?

La prise en charge des urgences, durant la semaine ou le week-end vise à poser un diagnostic et prendre principalement en charge la douleur et l’infection. Nous devons être rapides, efficaces, et chaque patient représente un challenge inconnu. Rien n’est prévu à l’avance ! La gestion de ces situations demande de l’expérience, de la concentration et de la rigueur.

Avez-vous en mémoire un patient en particulier, qui fut pour vous un challenge justement ?

Oui, absolument. La veille de Noël, une patiente se présente au centre des Eaux-Vives. Proche de la soixantaine, elle avait quelque peu négligé ses soins dentaires et avait besoin en urgence d’une réparation sur sa prothèse amovible. Smile and Care collabore depuis de nombreuses années avec le laboratoire Allinlab, que j’ai immédiatement contacté afin d’échanger sur la situation de cette patiente. Nous avons eu une très bonne communication. C’est un sujet peu souvent évoqué, mais les échanges entre un médecin dentiste et le laboratoire sont primordiaux.

Ensemble, nous avons pu trouver une solution provisoire durant les Fêtes de fin d’année. Après les Fêtes, je lui ai installé une prothèse définitive. Elle en a pleuré, m’a dit avoir ressenti beaucoup de confiance dans notre travail et dans l’approche de son traitement. Après cet épisode, j’observe que cette patiente, qui revient régulièrement pour des contrôles, a gagné en assurance, tant sur le plan privé que professionnel.

Et la technologie, comment influence-t-elle les traitements ?

Le scanner intra-oral est clairement une avancée technologique. Aujourd’hui, les progrès en médecine dentaire sont incroyables. Ils permettent plus de précision, mais un outil n’est bon que s’il est bien utilisé par le praticien qui le manie !

Quels sont vos objectifs de développement professionnel ?

J’aurai terminé mon doctorat dans deux ans. Selon moi, un bon médecin-dentiste doit échanger avec ses pairs et ses collègues. Notre pratique est multidisciplinaire, et c’est en partageant que nous élargissons nos connaissances. Notre modèle est basé sur l’excellence des soins proposés, des matériaux utilisés et la communication entre spécialistes. C’est ensemble que nous trouvons les meilleures solutions.